L'association Les Amis de Leo Drouyn vous invite à découvrir dans de conviviales rencontres, sur les pas de l'artiste archéologue du XIXe siècle, le patrimoine girondin, ses richesses architecturales, artistiques, ses paysages et son terroir...

jeudi 16 septembre 2010

description

Sortie dans le Pays de Branne 4 septembre 2010

  Photos d'Yves Carlier 
Photos de Mireille Gaillac
Circuit pédestre châteaux et églises romanes.

En pays de Branne

C’est à une balade à pied, en pays Brannais, que nous fûmes conviés. Guidés efficacement par les associations locales de randonneurs, nous avons emprunté un circuit d’une quinzaine de kilomètres, au cœur de beaux paysages à la découverte de quelques uns des nombreux édifices du patrimoine architectural brannais.
L’accueil, une nouvelle fois, fut chaleureux et de très grande qualité. Le café et ses douceurs, les rafraîchissements et les dégustations, un buffet de clôture «gargantuesque» organisé par le Syndicat d’Initiative des Pays de Branne ont contribué au plaisir des 130 marcheurs présents. Le temps, hésitant en matinée, s’est libéré au cours de l’après midi pour nous offrir un soleil radieux. Les participants à la Fête à Léo ont pris l’habitude depuis des années d’écouter des intervenants de grande qualité. Ce fut encore le cas avec le récital, en l’église de Tizac et Curton de Giorgio Bocci et ses trois autres complices. Le seul regret fut qu’il soit écourté pour des impératifs d’organisation. 

Nos pas furent guidés successivement vers :

l’Eglise de Tizac de Curton : Une des premières églises à avoir intégré des éléments architecturaux de style gothique. Certaines colonnes tronquées reposent sur des appuis décorés de têtes humaines. Cet édifice abrite une crypte du Moyen Age qui a servi à cacher habitants et denrées alimentaires lors des nombreuses les invasions. Un porche de qualité s’appuie sur un mur-clocher. Présence de contreforts consolidant l’ouvrage. Rappelons que nous sommes dans des vallées où l’activité humaine remonte à la Préhistoire.


Château de Curton à Daignac : C’est un vrai château au sens architectural du terme daté du 14ième siècle. Certains considèrent qu’il est l’un des plus beaux du département. Il est imposant notamment grâce à sa tour de 33 mètres de haut visible à des kilomètres à la ronde. Ses deux fossés d’enceintes successifs font partie du système de défense de l’ouvrage. Ils n’étaient pas faits pour accueillir de l’eau. Ils étaient reliés entre eux par un pont-levis. La présence "d’archères" complète l’aménagement défensif du château. Le donjon et l’enceinte ont des formes générales quadrangulaires avec des tours angulaires. Le château fut la propriété du seigneur de Curton. Pendant la Guerre de Cent ans, ce dernier fut impliqué avec les Anglais. Plus tard, des droits exorbitants furent octroyés au seigneur. Il obtint «droit de marché» sous une halle construite à proximité du château ainsi que «parquet de justice». La famille de Curton a exercé ses droits jusqu’au milieu du 19ième siècle. C’est actuellement une propriété viticole.
Au cours de notre déplacement en direction de Moulin Neuf, nous avons emprunté des boucles locales de randonnées pédestres ombragées, rafraîchissantes. L'une d'elles devint subitement très humide. Le groupe a essuyé les jets d’eau intempestifs produits par les rampes d’arrosage du maiis déclenchant une mini panique émaillée de rires.

Moulin Neuf : Léo Drouyn a dessiné ce moulin à eau. La chaussée actuelle est plus haute que le chemin emprunté par l’artiste faisant perdre de la superbe à l’ouvrage initial. Avant qu’il ne devienne Moulin Neuf, ce dernier s’appelait Moulin d’Anglade. Il fut fortifié au 16ième siècle. Le pignon accueille de lourds balcons, aux formes légèrement arrondies, en pierres, donnant à l’ensemble un cachet presque romantique. Propriété de l’Abbaye de la Sauve Majeur, il lui assura de confortables revenus. Des croix rappellent cette appartenance. De nombreux moulins étaient présents sur les cours d’eau du pays. Certains d’entre eux n’étaient composés que d’une roue à aube sans bâtiment. Les seigneurs taxaient toutes les transactions s’assurant ainsi d'importants revenus. C’est actuellement une propriété privée que nous n'avons pu visiter.
A quelques centaines de mètres du Moulin Neuf, sur les falaises dissimulées par la frondaison épaisse des arbres existe un abri datant du Paléolithique.


Fontaine miraculeuse de Saint Aignan (évêque d’Orléans) : Sa présence dans ces lieux, remonterait à des temps antérieurs au Moyen Age. Elle accueillait encore au 18ième siècle des pèlerinages. Elle aurait eu le don de rendre les « femmes en espérance » ou de permettre les guérisons des maladies des yeux. La maçonnerie de pierre qui abrite la fontaine est d’une facture récente.


Cave coopérative de l’Union des producteurs du Baron d’Espiet : Une visite commentée nous fut proposée avant que nous participions à une dégustation prélude à un pique-nique improvisé sur le parking de la cave. Suite aux crises viticoles, cette cave coopérative fut la première à être créée en 1932. Elle emploie une dizaine de personnes, intervient sur 17 communes, est partenaire de 17 châteaux, compte 60 adhérents, collecte 40 tonnes par jour de raisins et produit à ce jour 75 pour cent de vin rouge, le reste en vin blanc. Initialement, la cave ne produisait que du vin blanc. Les commerciaux de la cave vendent de plus en plus sur le marché international notamment en Chine, vers les Pays de l’Est et l’Europe.
En se rendant au château de Pressac, notre prochaine halte, nous avons pu admirer la fue du domaine. Circulaire, donc aristocratique, (pigeonnier royal peut on lire sur des textes anciens), la fuie est datée de 1574 (rare) coiffée d’une coupole de pierres de tailles (rare). L’ouvrage en impose par ses proportions équilibrées et la qualité de son appareillage.


Le château de Pressac : Il est érigé en surplomb de l’estey la Canodone qui fut très tôt un axe commercial et de circulation. Il est implanté certainement à proximité d’une villa gallo-romaine datée d'environ 350 après J.C, bâtie le long d’un chemin très important reliant St Emilion à La Sauve. La présence du château fortifié devait sécuriser le trajet et notamment les différents gués à traverser. La construction de cette maison-forte daterait du 14ième siècle. Elle aurait été décidée, en 1304, par Edouard Ier roi d’Angleterre, au lendemain d’une crise diplomatique sérieuse l’ayant opposé au roi de France. L’enceinte du château serait de forme triangulaire protégée par des douves appareillées dans un premier temps avec des pierres brutes puis achevées en pierres de tailles. Une cour intérieure renforçait le système de défense. L’ouvrage fut longtemps un grenier à céréales au milieu d’une propriété agricole et viticole. Léo Drouyn a visité le château. Quatre familles illustres ont participé à la renommée de cette maison forte. Les Pressac vers les années 1255, les Ségurs au début du 15ième siècle, les La Chassaigne vers 1520 et le Général d’Armagnac. Les propriétaires actuels gèrent un domaine viticole commercialisant un rouge bordeaux supérieur, un blanc Entre-deux-Mers et un rosé Clairet.


Eglise de St Cristophe de Daignac : Avant d’évoquer l’église, notre intervenant signala à notre attention la croix de cimetière composée d’une colonne torse parsemée de roses. Au sommet, nous reconnaissons, entre autres personnages, le Christ et St Christophe.
Nous ne pûmes visiter cette église, nous contentant des observations de notre intervenant qui s’attacha à relever les inscriptions gravées sur les murs extérieurs. Elles exprimaient la colère des paroissiens, en période de disette, mécontents de l’attitude des seigneurs locaux qui entreposaient leurs céréales dans l’église. Les populations vivaient, à ce moment là, les prémices de la Révolution à venir. Les présences des contreforts indiquent qu’il a fallu consolider l’édifice. Présence d’un porche devant le portail.

Une fois de plus il a fait beau sur la Fête à Léo. Cette balade au cœur de la campagne brannaise fut une réussite.

Dominique Darquest





 • Journée découverte à pied (15 km env.) de quelques châteaux Pays de Branne et de la CDC de l’Entre-deux-Mers, en partenariat avec le Syndicat d’Initiative des Pays de Branne Entre-deux-Mers, les associations de randonneurs Bol d’Air de St Germain du Puch, Rando-découverte de Tizac de Curton, l’Association Historique des Pays de Branne, la Municipalité de Tizac de Curton et les Amis de Léo Drouyn.> Visite guidée et commentée par Jean-Luc Piat et Bernard Larrieu (Association Historique des Pays de Branne) 
A partir de 08h30 : Accueil au presbytère de Tizac-de-Curton (à côté de l’église) autour d’un petit déjeuner convivial 
09h00 : Départ de la randonnée 
Château de Curton (Daignac) 
Moulin Neuf, à Espiet 
Église d’Espiet 
Fontaine Saint-Aignan 
Cave coopérative d’Espiet (rafraîchissement et dégustation) 
12h30 : Pique-nique tiré du sac 
Château de Pressac (Daignac) 
Eglise de Daignac 
Carrière de Daignac 
Moulin fortifié de Daignac 
18h00 : Eglise de Tizac de Curton 
Récital de Giorgio Bocci (violon) 
Buffet de clôture organisé par le S.I. de Branne.
Participation aux frais :
2 euros par personne (Syndicat d’Initiative)
Informations :
Syndicat d’Initiative des Pays de Branne
Entre-deux-Mers
29 rue Emmanuel Roy
Tél : 05 57 74 90 24


Courriel : si.brannais33@wanadoo.fr
 http://si.brannais.over-blog.com